Les différents types de viagers

Pour vendre ou acheter un bien immobilier en viager, il faut savoir quel type d’acte mettre en place.
En effet, outre les types de viagers, il convient de savoir :

De quelle manière le vendeur souhaite percevoir les fruits de la vente,
Comment l’acquéreur souhaite financer son acquisition immobilière.

On distingue deux types de vente en viager :

Le viager occupé : représentant plus de 9 ventes sur 10, le viager occupé est aussi le plus abordable, du fait que le créditrentier garde l’usufruit du bien immobilier dont il est question.
Le bouquet comme la rente sont fixés par rapport à la valeur vénale du bien « occupé », mais aussi avec l’espérance de vie du créditrentier.
Le viager libre : représentant moins d’une vente sur 10, le viager libre est moins abordable que l’ »occupé », car le débirentier prend possession du bien immédiatement.
Le bouquet et la rente sont alors fixés par rapport à la valeur vénale du bien et l’âge du créditrentier. L’acquéreur peut occupé ou louer le bien.



Mais pour ces deux types de ventes en viager, on peut avoir recours à différentes solutions de financement pour l’achat du bien immobilier.
Outre le viager « classique » avec le versement d’un bouquet, puis d’une rente mensuelle, il est possible de choisir les solutions suivantes :

Le viager sans rente : il s’agit d’un viager occupé ou le bouquet de départ est plus important que dans une formule plus classique.
Il s’agit d’acquérir un bien à un tarif réduit, mais de n’en prendre possession qu’au décès du propriétaire.
Le viager sans bouquet : A l’inverse de celui sans rente, le viager sans bouquet peut être occupé ou bien libre.
Cela permet de ne pas avancer de capital de départ, mais au contraire pour le vendeur, une rente plus appréciable.
Le viager vente à terme : il s’agit d’un viager classique, libre ou occupé, mais dont les mensualités sont limités dans le temps.
Cela permet à l’acquéreur de savoir à l’avance quel prix il va payer le bien immobilier dont il est question.