La rente

Lors d’un acte en viager, outre le bouquet, il est défini une somme que l’acquéreur devra verser au(x) vendeur(s) tous les mois : c’est ce qu’on appelle la rente viagère.
La rente est fixée en fonction de la valeur du bien, mais aussi avec un rapport avec le bouquet demandé ainsi que l’âge du ou des vendeurs.

La rente est versée jusqu’à la mort du ou des créditrentiers, sauf dans les cas de viager vente à terme.

La rente viagère est fixée sur une ou deux têtes, c’est à dire sur un propriétaire ou bien deux s’il s’agit d’un couple par exemple.
Dans le cas d’un viager sur deux têtes, au décès du premier époux, c’est le second qui percevra la totalité de la rente jusqu’à son propre décès.

Le montant de la rente est fixé sur entente par le vendeur et l’acheteur.
Cependant elle doit être en adéquation avec le montant du bouquet, la valeur vénale du bien immobilier, mais aussi l’espérance de vie du vendeur.


On distinguera deux types de rente :

La rente en viager libre : l’acheteur verse une rente, mais prend possession du bien immédiatement après l’acte, il peut alors y habiter ou encore le mettre en location, y faire des travaux…

La rente en viager occupé : dans ce cas l’acquéreur verse la rente au propriétaire qui continue à occupé le bien immobilier ou encore à en toucher les revenus locatifs…


Reste à fixer entre le créditrentier et le débirentier le versement mensuel, trimestriel ou annuel de celle ci.
En fonction des besoins de revenus complémentaires du vendeur.

Enfin la rente viagère doit être indexer sur un indice INSEE, tel que celui des ménages par exemple.

Il est aussi possible d’envisager un viager sans rente, afin d’obtenir un bouquet plus important au départ, ou à l’inverse ne pas instaurer ce dernier pour obtenir un revenu récurent plus important en optant pour la vente en viager sans bouquet.